05 - Victimes

Code de Déontologie des Photographes Incendie du Québec

Article 05: Victimes et public

  1. Le photographe incendie s’engage à respecter les victimes de sinistres ou d’accident dans le cadre de la profession. Il adoptera un comportement discret et respectueux sur les lieux d’un accident, notamment en évitant de pointer son appareil photographique vers les victimes d'accidents. Dans la mesure du possible, le photographe incendie travaillant sur les lieux d'un code noir ou d'un accident grave tiendra sa caméra avec l'objectif vers le sol et mains couvrant la caméra, entre les poses, de manière à démontrer respect et discrétion envers les victimes et les membres de la famille pouvant être présents sur le site.
  2. Le photographe incendie ne publiera pas de photographies permettant de reconnaître les victimes d’accident (mortel ou non), ou les victimes d'incendie mortel. Si une victime est involontairement prise sur pellicule, le photographe incendie s’engage à ne pas utiliser ni divulguer cette photographie.
    EXCEPTION: La publication est permise lorsque: la victime ou la famille immédiate de la victime donne son accord explicite, et/ou le service de sécurité incendie donne son accord explicite, reconnaissant que le service incendie ne peut lui-même donner son accord que si plusieurs conditions sont remplies (accord familial, accord policier, etc.).
  3. Si le photographe incendie opère sur le terrain d’un établissement scolaire ou à la petite enfance et que des enfants sont photographiés, le photographe incendie doit s’assurer d’obtenir les autorisations nécessaires et a l’entière responsabilité de vérifier que ses photographies ne contreviennent pas aux lois en vigueur. Au besoin, le photographe devra retoucher ses photographies afin qu’il soit impossible d’identifier un enfant en relation avec l'endroit et le moment. Le photographe incendie doit obligatoirement se conformer aux exigences en matière de protection des enfants, selon la Loi sur la protection de la jeunesse (L.R.Q. P-34.1).
  4. Le photographe incendie ne publiera pas de photographies prises à partir de l'intérieur du bâtiment impliqué.
    EXCEPTION: La publication est permise lorsque: les responsables des lieux (propriétaire et locataire) donnent leur accord explicite, et le service de sécurité incendie donne son accord explicite.
  5. La photographie de groupes de pompiers prenant la pose sur les sites d'intervention, souvent référée par «photo de gang», «photo de famille», etc., ne peuvent, par défaut, être publiées publiquement.
    EXCEPTION: Le service de sécurité incendie concerné est l'autorité finale en cette matière; la publication de certaines photographies peut être permise explicitement par le service. La publication de ces photos sur des pages web privées (dont le public ne connaît pas l'adresse) est également permise.
  6. Conformément à la Charte des droits et libertés de la personne (L.R.Q. C-12) chapitre I article 2, tout photographe incendie arrivant avant les intervenants d'urgence sur un site où la vie d'une personne est en péril, doit porter secours, personnellement ou en obtenant du secours, en lui apportant l'aide physique nécessaire et immédiate, à moins d'un risque pour lui ou pour les tiers ou d'un autre motif raisonnable. Cependant, dès qu'un intervenant d'urgence qualifié est en mesure de porter secours et qu'il libère explicitement le photographe, ce dernier se retirera immédiatement de l'opération et se conformera aux autres exigences du présent Code de Déontologie.
©2017 Association des Photographes Incendie du Québec (APIQ)